02 juillet 2007

Incarcéré

amour

Quatre murs, quatre barreaux,
Et au milieu de tout cela,
Le plus grande solitude que nul ne vivra.

Les journées s’écoulent lentement,
En ce lieu synonyme de perte de temps,
Ce temps qui perd toute notion,
J’aurai aimé croire qu’il y avait une autre solution,
Lentement je paye ma dette,
J’attends jusqu’à ce que tout cela s’arrête,
De mes mains destructives il ne reste que des miettes,
Ce matin j’ai vu un oiseau au loin,
Je l’enviait il pouvait visiter chaque recoin,
Et puis il s’est envolé,
Comme tous les visiteurs qui me soutenaient.

Quatre murs, quatre barreaux,
Et au milieu de tout cela,
Le plus grande solitude que nul ne vivra.

Je fermerais les yeux,
Pour tenter d’oublier ce lieu,
Je ferais peut être un rêve apaisant,
Il ne me reste plus très longtemps,
Juste quelques printemps,
Dans quelques temps,
Je serais le suivant.

Posté par jumels à 16:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Incarcéré

Nouveau commentaire